Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vendredi 14 11 08 "On ne parviendrait pas sans peine à faire la liste de tout ce qu'il a dessiné, écrit, peint ou croqué d'après nature."

Publié le par Francois-Bhavsar








"En maint endroit, se rencontrent des oeuvres de son pinceau et de son crayon également habiles.On ne parviendrait pas sans peine à faire la liste de tout ce qu'il a dessiné, écrit, peint ou croqué d'après nature."
(c'est tout moi, ça)

Karel Mandel pour Albrecht Dürer  in le livre des peintres, 1964









Le matin, toujours ma contemplation aquarellée dans un coin d'automne brumeux, humide, fauve :





Forêt Sénart  30X21  14 11 08






et le reste de la journée avec Jojo et sa bande à l'atelier :









Beau gosse, le bougre.
(grâce à moi)

On est loin du saint Joseph barbe et calvitie traditionnelles ;
la beauté de l'aurore éclaire cette jeune vie.

Bon, y manque un peu de nez.





Mobilier d'époque et T-shirt lavable en machine.





Le bestiau se termine (130X192).
(encore une ou deux séances)

Il est un reflet diffracté de ma vie d'atelier, laborieuse, familiale, 
escarpement tatonné vers le Beau.
Nombre de symboles sertissent le sens religieux de la bête.
 



Y'a encore du boulot sur la tête à Jés.
(Ferdinou pose le visage tordu de fureur, ça aide)

 L'enfant est dans la source lumineuse.





Il  y a trois sacs-à-puces et deux sacs-à-plumes dans le tableau ;
la bande à Joey-le-menuisier au presque complet.






Le corniaud pionce sec.
Vous pouvez admirer le job : un morceau de (vrai) peintre, d'après nature.
Tu trouves ça où maintenant?



Pour la Passion à venir.
(Aïe, arrête romain, ça fait mal aux mains)







Bon, d'accord y'a souvent du vin dans les ateliers, 
  mais chez Jojo-le-Saint 
 c'est autre chose :
le pain et le vin,
-allez, un effort-
ça vous dit quelque chose?
 l'Eucharistie.






Le talent pur en action,
 hum, hum.

Donatien, sympa, pose pour son paternel.
Là je bosse le bras de Joseph.



Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai des avions à scratcher ;
salut mes cailles.



Et pour le fun, un peu de Totor :

"L'histoire à mes côtés met à nu ton épaule,
Tu dis : je ne sens rien! et tu nous railles, drôle! 
Ton rire sur mon nom gaîment vient écumer ;
Mais je tiens le fer rouge et vois ta chair fumer."

niarck, niarck, niarck, niarck, 

 Victor Hugo Les châtiments 1852




Partager cet article
Repost0

Jeudi 13 11 08 "de t'adresser l'éloge d'avoir produit des oeuvres admirables"

Publié le par Francois-Bhavsar






Le matin, ma méditation aquarellée habituelle en forêt.





Forêt de sénart  aquarelle 21X30  13 11 2008 

 

 

Puis visite très agréable du peintre Marie Laurence Gaudrat, dont

voici le tableau sur la Sainte Famille :




huile sur toile  192X130  2008






Puis je rejoins à mon tour la petiote famille à Jojo :




L'atelier au Jésus peignant Huile sur toile 130X192  2008, en cours



Bon, là y'a eu des avançées importantes :

j'ai posé un glacis laque de garance sur le rouge de l'enfant qui le fait "sortir" de la toile,
j'ai peint le chat nous regardant,
j'ai repris le chien et diverses choses.
Bonne séance.








Le plaisir de peindre est là.
On aura beau me caser dans les dents "art abstrait, art contemporain, art je-ne-sais-quoi",  rien ne remplace la joie de savoir figurer avec une brosse et de la boue colorée.
Et, évidemment c'est pas à la portée du premier artiste contemporain venu.



"Il ne suffirait, ô Rogier ! de t'adresser l'éloge d'avoir produit des oeuvres admirables en des temps plus arriérés que le notre. Tes travaux sont restés dignes d'admiration, et les peintres des jours plus éclairés viennent, s'ils sont sages, en faire l'objet de leurs études."
                                                                                               Van Mander pour Rogier Van der Weyden, 1604 in Le livre des peintres


Pour le plaisir voici quelques dessins sur le vif, rapport aux sacs-à-puces du tableau ci-haut :























Chats  crayons ou aquarelle  21X30 et 30X40  2001 et 2008




Bon, c'est pas que je m'emmerde mais faut j'aille vider les écuries d'Augias ;
salut les bourrins.

 Un petit rab de griffus :




Partager cet article
Repost0

Mardi, mercredi 11-12 11 08

Publié le par Francois-Bhavsar



Mardi,

 journée cool,

VTT le matin et promenade en forêt l'après-midi :




Forêt de Sénart  encre 30X21  11 11 08




Enfin pas si cool, ça se termine chez le véto après une volée de poil entre sacs-à-puces.




Mercredi,

 

 



course à pied avec Sakkapuce en forêt,



puis à l'atelier pour Jojo et sa bande, Marie, Jésus and so on :









J'ai remonté l'assise de l'établi pour une meilleure intégration du chien.
Ebauche du chat regardant le spectateur.


Pose d'une vélature sur le rayon venu de la fenêtre.
-
Késako?

Une vélature est un glacis blanc sur ton clair.
-
Bien, bien, bien, euh, au fait c'est quoi un glacis?

Un glacis est un film de couleur transparent qui vient modifier la couleur opaque sur laquelle il est posé ;
un bleu peut devenir vert par la pose d'un voile jaune,
plus subtil encore, un glacis de la même couleur que celle du dessous donnera de la profondeur et du relief
à cette même couleur.

Z'avez pas tout compris?
Pas grave.
 

 






 Bon, c'est pas que je m'emmerde mais faut que j'aille écrire une symphonie ;
salut les casseroles.
 

 

 

Partager cet article
Repost0

Bretagne, en goguette avec morues et joues de lotte. 8-10 11 08

Publié le par Francois-Bhavsar


J'aime la Bretagne ténèbreuse, enrochée, dormante ;
 qui vacille en reflets bleus et mats blancs, émouvante.





Miam, peindre en Bretagne, au flux des marées et au rythme de la pluie.



Les Julots s'en vont faire un dîner marin,
au programme belles morues et jolies joues de lotte.




Samedi 8



Marché de Dinard
.
On commence au café "l'abri des flots",
ah, la péninsule bretonne étincelle sous la pluie.


Le soleil est de retour.

"J'veux cette bigorne,


pis cette palourde,

euh non, les morues on a déjà."






Le fromager puis les saucissons d'Auvergne (!).







On termine par le marchand de picrate, y'a pas de secret.



Ah ben, j'l'ai mis où la caisse?







Un tour au Super pour les derniers ajustements
et roule ma poule.





Cuisine toute l'aprèm.




 La fine équipe, les 2BC - Avec François, couper du pain c'est mystique.









Puis bombance et marrades :   
les Jules invitent leurs mo..., oups, leurs femmes
au souper amoureusement préparé.









Dimanche 9



Petit déj et déjà cuisine pour le couscous;





je prends la clef des champs pour méditer devant une haie :





La haie  encre  21X30  9 11 08


Je reviens,
 damned sont déjà en train de boire, les bougres :








L'aprèm, belle promenade au Montmarin :
( J'y ai exposé il y a 4 ou 5 ans)



















On traînasse la grole au dépôt vente :





Prêts à remplacer Rollinger pour le dîner.




Et hop nous voilà
lundi 10




Petite méditation matinale devant ma copine la haie :



Haie  aquarelle  21x30  10 11 08

Puis je plante le chevalet en bord de Rance;


Saint Suliac depuis la plage du Roué  60X70  gouache  10 11 08

Vent et frimas à goutelettes ont, malicieux, secoué le chevalet
mais votre serviteur accroché et flottant au rocher
  a gardé le pinceau ferme et la palette inspirée.




Bon, c'est pas que je m'emmerde mais faut que j'aille écluser.
Salut les marins d'eaux douces.



Et c'est l'heure de rentrer à Brunoy-les-Bains-de-Pieds.










Partager cet article
Repost0

Vendredi 7 11 08 "Le secret d'ennuyer est celui de tout dire"

Publié le par Francois-Bhavsar






Le mercredi j'ai fini de mettre en forme mes aquarelles de Vézelay 2008 pour les balancer sur le Net.
(Voir "la pataugas au vent" ci-dessous.) ; ce dont j'suis très heureux.


Et hop me voilà jeudi et vendredi, enfin, retrouvant "Joseph et sa famille"à l'atelier, car y'a encore du boulot sur le tableau.



J'y peins les pompes à Jojo.



L'atelier de Joseph  130X192  Huile sur toile.  En cours.

Là le job avance.
La tête de Jésus est à retravailler, le Ferdinou m'ayant saboté sa pose par son humeur rétive.
Aussi ne serait-il mieux que le chat blanc regarde le spectateur.? A voir.



Ah, mercredi et ce matin mes méditations aquarellées matinales :




Les couleurs automnales au milieu des persistants apparaissent enfin dans ce coin éloigné.




Forêt de Sénart   aquarelle 21X30   5 et 7 11 08




Pour la route un peu de Voltaire :

"Le secret d'ennuyer est celui de tout dire"

 et de Boileau :

"Je saute vingt feuillets pour en trouver la fin,
Et je me sauve à peine au milieu du jardin.
Fuyez de ces auteurs l'abondance stérile,
Et ne vous chargez pas d'un détail inutile,
Tout ce qu'on dit de trop est fade et rebutant...
Qui ne sait se borner ne sait jamais écrire."



Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai un camion-poubelle à livrer.

Salut les huluberlus.



Rencart pour les errances d'un (vrai) peintre le 11 novembre.
En attendant dégustez "La pataugas au vent" ci-dessous.






Partager cet article
Repost0

"La pataugas au vent, Vézelay 3"

Publié le par Francois-Bhavsar







Ronflements, cris des oiseaux nocturnes, silence réparateur, noir de la nuit, martèlement de la pluie et,
"digueling, digueling,"
 les binious portables se mettent à pouetter dans toutes les tentes :
6.15,
"debout tout le monde".
P'tit rabiot jusqu'à 6.30 pour les durs de la feuille.











Petit déj., l'ami Bernard est à son affaire.





 








Hop, torse poil pour le récurage de rigueur puis démontage du camp.





Bon plieur P.M.





Et nous revoilou prêt à retourner l'église une deuxième fois.





Les arrivés en avance profitent des couacs de la chorale ;
ça tombe dru dehors.
Facile.
En fait, super le boulot des musiciens.





Et là, dans la sacristi improvisée, c'est le remue-ménage des robes ecclésiastiques :








Et puis voilà, ça tape la discute,




Toutes, aquarelle, encre et feutre  21X30  2 11 08

mais bon, faut dire que c'est fini,
c'est à la revoyure l'année prochaine.

Snif !








Bon, c'est pas que j'm'emmerde mais j'ai une femme à embrasser
(et des nains à coucher).
Salut les hommes.






Partager cet article
Repost0

"La pataugas au vent, Vézelay 2"

Publié le par Francois-Bhavsar



Bon, on avait laissé tout not'petit monde faire cordée à tue-tête, bannière au vent, vers Vézelay-la-belle.

Ben la grimpette chantante continue :




Puis c'est l'entrée dans le saint bled  où quelques lumignons percent l'obscurité.





Et l'église  flotte au-dessus, irradiante :









La  méditation commence :







Bougies "à confesse, fiston"

Toutes, aquarelle, encre et feutre 21X30  1 11 08


Puis l'âme en paix c'est le retour peinardos vers le camp.

Un chocolat chaud en plastoc attend.
Succès mondain. 



Un dernier petit coup de chauffe,


(Un des secouristes)


Et dodo aux petits yeux.

Suite et fin mercredi.





Ah, dernière chose,
ce lundi matin j'ai été chercher à Versailles ces 4 oeuvres.
Elles ont été pendant 25 ans accrochées chez mon ami Jean,
qui s'est tué sur la route en août dernier..
Grosse émotion en les récupérant et en les accrochant à la maison.
( Merci à Daniel, frère de Jeannot, et à ses soeurs.)
Dieu que c'est dur de perdre un ami de jeunesse.








Fontgombault  gouache  50X65  mars 1983

Son cher Fontgombault.

Grevilly aquarelle 21X30 août 1984

Encore un lieu cher à son coeur.



Et ce dessin, puis cette huile sur toile ( "Narcisse" 70X70).






Bon, c'est pas que je m'emmerde mais faut j'aille me ronger les ongles de pied.

Salut les demi-sels.



Partager cet article
Repost0

Vézelay 1 et 2 novembre."La pataugas au vent,1".

Publié le par Francois-Bhavsar

 La Route.

WE énorme,
nous avons donné d'la pataugas sur les sentiers bourguignons.
Vézelay-sous-pluie se languit de nous .




Paysage, pluie, boue, et arpions usés, les baussants en tête
et les Ave Maria à plein poumons, la Route "rentre bien par les pieds."






Enfin, l'écurie.



Quelques activités indispensables.








Investiture d'Alain.

aquarelle et feutre  21X30  1 11 08







Et la pluie, bonne copine, toujours prête à rendre service.




Et c'est parti aux lueurs des torches,
la grimpette méditative,
le Notre Père chanté puissant,
la basilique de Vézelay va se retourner sur ses fondations.



aquarelle 21X30 1 11 08








Suite mardi.
(faut m'laisser le temps de mettre en forme, enfin quoi).

Partager cet article
Repost0

Vendredi 31 10 08

Publié le par Francois-Bhavsar



 Le matin, je crapahute avec le sac-à-puces sous des trombes d'eau :






Autoportait sous la flotte  21X30  31 10 08




Puis à l'atelier.

Donatien pose pour Joseph,
celui-ci en paraîtra que plus jeune et beau,

à voir.










Etat actuel du tableau, 130X192




Là, je pose les pinceaux et pars marcher à Vézelay.
Si le temps le permet je dessinerai mais c'est mal barré.
 




Ah, petit crobard pour expliquer à Albertine rapidement l'anatomie du cheval :









Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'suis à la bourre.

Salut les canailles.

Rencart dimanche ou lundi pour les effets de la marche du WE sur votre (vrai) peintre préféré.



Partager cet article
Repost0

Jeudi 30 10 08 "... Le vrai coloriste (...) tout lui est permis..."

Publié le par Francois-Bhavsar









Aquarelle-rando-matinale :



Forêt de sénart  21X30 30 10 08




J'ai perdu le reste de la matiné à faire  courses et corvées mille fois repoussées,
(même pas tout fait).




Et quand, enfin, je peux bosser à l'atelier, la lumière y est tellement infecte - temps de merde -  que je jette l'éponge. La bande à Joseph attendra demain.







Je me rabats sur des études du chien qui, bon sang, mérite son surnom de Sakkapuce.(J'en ai besoin au premier plan du tableau en cours).
Il ne reste pas 5 minutes dans la même position. C'est usant que d'essayer de suivre avec le pinceau.

Foutues puces et foutu clebs.
 
Bon, je m'en sors bien, et l'Astuce est quand même un bon chien :
il pose au moins 2 minutes sans bouger (!).





Astuce et Ricola gouache 50X65  30 10 08




Le père-la-gratouille est un modèle dissipé.









 Je crobarde sur un coin de table ce gribouillis pour expliquer  à Albertine, venue me montrer  ses derniers dessins de chevaux, la meilleure manière de donner du volume à son sujet :
définir d'où vient la lumière pour sauvegarder du blanc sur les parties saillantes en opposition avec les parties dans l'ombre.




Et hop,
un p'tit coup de Baudelaire :

"... Le vrai coloriste (...) tout lui est permis,parce qu'il connaît de naissance la gamme des tons, la force du ton, les résultats des mélanges, et toute la science du contre-point, et qu'il peut ainsi faire une harmonie de vingt rouges différents..."




Bon, c'est pas que je m'emmerde mais là, faut que j'y aille.

Salut les hommes.






Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 > >>