Mardi 25 11 08 "...ayant pour jouets les instruments de sa profession : le fusain, les crayons, les plumes, les pinceaux et les burins..."

Publié le par Francois-Bhavsar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Détail et dessins d'étude utilisés pour le premier plan du petit atelier de Joseph :
 le plein de sacs-à-puces.
 

 

 

 "...Poussé par son penchant, non moins que l'amour de l'art, il faisait preuve d'une application extaordinaire au travail, ajoutant les nuits aux jours, ayant pour jouets les instruments de sa profession : le fusain, les crayons, les plumes, les pinceaux et les burins, et choisissait pour camarades de jeunes peintres, verriers ou orfèvres..."

 

 

  Karel Van Mander  parlant de Lucas de Leyde  Le livre des peintres  1604
 
 
 
Cré nom d'une pipe, toute la journée en surtension  "le caresseur de toile".
D'hab j'suis serein et tranquilou, maître de moi comme de l'univers, pour terminer un tableau. 
Mais là,  ma sûreté en moi est devenue  fébrile, affolée, d'humeur noire et  c'est dans des cris de rage que j'ai terminé la toile avant la nuit. Le temps crapahutait sec contre mes pinceaux indociles.

 

C'est  lumière de ma vie, Bérénice qui m'a sauvé la mise, millionième fois?, en posant sereine, royale, affirmant : tu y arriveras, chaque fois que je jurais.

 

 Ah voui, ah voui, j'ai ben eu raison d'la marier.
 
 
 
 
 
 
 
 Mmmmmmm, gironde la petite mère.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
C'est à l'arrache que j'ai terminé Marie allaitant.
Malade j'en étais : peindre la beauté d'une femme, sa tendresse maternelle, sa grâce le visage éclairé par l'amour de son fils etc, en un temps minuté comme pour un oeuf-coque, ben, j'enrageais ;
et je décide que je et Elle, nous nous en sortons bien.
 
 
 Aaooouuuuuuufffff (soupir de soulagement).
 
 
 
 
 
 
 
 
 Gouttières à tous les paliers.
 
 
  
 
Allez on déguste : 
 
 
 
 
 
L'atelier de Joseph avec Marie allaitant  Huile sur toile  80X80   En cours, 2008 

 

 

Vous direz pas les défauts dus au manque de temps, (y'en a plein ,beurck)
mais  mercredi dernier le tableau c'était ça : 
 

 

 

 

 

 

Demain je peaufine quelques détails et cavale nach Paris déposer el'machin.
 
 

 

 

 

 

 
 Le plaisir de revoir les esquisses, et de comparer avec le résultat final
 
 
 
 
 
 
 
Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai les champs d'honneur à remplir.
Salut les braves.
 
 
  
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article