Mardi 02 09 2008

Publié le par Francois-Bhavsar




Yeap, il pintore est de retour.



Bon, d'accord j'avais dit que j'actualiserais deux fois l'août le bloguichon,
foi d'animal, si je mens j'vais en enfer.


J'l'ai point fait :

" Que faisiez-vous au temps chaud?
Dit-elle à cette emprunteuse
-Nuit et jour à tout venant
Je peignais, ne vous déplaise.
-Vous peinturluriez? j'en suis fort aise :
Eh bien! dansez maintenant. "



Hop,la cigale barbouille à la plage.


Bot-Conan  gouache  60X70  août 2008

Succès assuré auprès des familles.



Bon, sans transition, là, c'est mon ami, Jean, le 28 mars 2008, à mon expo de Versailles :





Il passait plusieurs heures par jour avec mézigue à attendre le chaland.

Ah ben tiens, le voilà avec nous à Noël dernier:


























" Hélas ! je n'aurais pu même dire : Je souffre !
Et, que subissant l'attraction d'un gouffre,
Que le chemin fût beau, pluvieux, froid, mauvais,
J'ignorais, je marchais devant moi, j'arrivais.
Ô souvenirs ! ô forme horrible des collines !
Et, pendant que la mère et la soeur, orphelines,
Pleuraient dans la maison, je cherchais le lieu noir
Avec l'avidité du morne désespoir ;
Puis j'allais au champ triste à côté de l'église ;
Tête nue, à pas lents, les cheveux dans la bise,
L'oeil aux cieux, j'approchais ; l'accablement soutient ;
Les arbres murmuraient : C'est le père qui vient !
Les ronces écartaient leurs branches desséchées ;
Je marchais à travers les humbles croix penchées,
Disant je ne sais quels doux et funèbres mots ;
Et je m'agenouillais au milieu des rameaux
Sur la pierre qu'on voit blanche dans la verdure,
Pourquoi donc dormais-tu d'une façon si dure
Que tu n'entendais pas lorsque je t'appelais ? "

Victor Hugo


Jean, Jean,
je t'aimais,
 et tu me largues.
Je te pleure, et mon coeur saigne, inconsolé.



Jean, pourquoi nous as-tu abandonné?



Ce 16 août 2008 nous te pleurons le Jean, mon ami, notre ancien chef scout.








A la revoyure, là-haut, mec.

Salve Regina.











De Profondis




Crac








Le rétropédalage,

petit sport du peintre qui revient d'la grande bleue, continue.

En fait non, je vous carre simplement un aperçu,

j'debrieferais le mois d'août en détail

à partir de demain et sur les jours qui suivent, ouaip.





-Ben, il a fait beau en Bretagne?
-Faut croire qu'il voit la vie du bon côté, le peintre.
-Tsss, y'en a, j'te jure.
-Comme vous l'dites.








La forêt-Fouesnant  gouache  65X80  août 2008















Penfoulic  aquarelle  50X65  aout 2008













Le cimetière à bateau  aquarelle  50X65 août 2008








La légende demain pour icelle.
C'était ce dernier week-end d'août.


Bon, les mous du bulbe,
c'est pas que j'm'emmerde,
mais j'ai autre chose à faire.

Salut, les zonards.

Ah, un dernier truc :
Jean aimait mon blog.








Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Buno 05/10/2008 21:44

Salut Fançois!Je suis ébloui par ta pein'ture et ta verve prolifique, Bravo pour ces retrouvailles réussies des anciens de la 1ère, cela a compensé la frustration de beaucoups d'entre-nous de n'avoir pu être là pour ses obsèques.Je suis contents que les 2 frangins pas pourris à la base soient restés aussi sportifs et pechus, le Bhavsar est inoxydable

Francois-Bhavsar 07/10/2008 19:22



Putain, notre Jeannot, il pourra se vanter d'avoir fait de nous des frères, nous tous les anciens, non seulement pas pourris d'la base, mais pas d'la tête non plus.
Si tu me lis laisse moi ton adresse mail.
Garde la Saint Michel 2009 en perspective dans l'agenda.
Fraternellement.
François