Samedi 6 12 08 "...Au front d'homme ou de femme, où l'on te voit éclore, tu jettes ce rayon de grâce et de fierté..."

Publié le par Francois-Bhavsar



Méditation forestière usuelle et matinale :
je retourne devant le fourchu rouge d'hier pour y ripoliner une version plus satisfaisante.
.

Forêt de Sénart  30X21 6 12 08


Mouaif.
Bon,
l'avantage est que j'suis dans la forêt







J'embraye direct avec une séance-portrait à l'atelier avec deux elfes :




Claire et camille  50X65 Crayons noir, rouge et blanc 6 12 08


et zou,

 un p'tit coup d'brosse à reluire via
Lamartine :

"...éclatant sur le visage humain,
Miroir de ta puissance, abrégé de ta main,
Dans les traits, les couleurs dont ta main le décore,
Au front d'homme ou de femme, où l'on te voit éclore,
Tu jettes ce rayon de grâce et de fierté
Que l'oeil ne peut fixer sans être humecté :
Nul ne sait ton secret..."

Alfred de Lamartine Jocelyn 1836


Pis ça vous aveuglera pas de lire des alexandrins dans le fatras journalistique avalé chaque jour.






Petit quart d'heure didatique :

voici la tecnique dite "des trois crayons" :



Un crayon rouge, un crayon noir et un crayon blanc,
hop,  vous dessinez comme Rubens ou ... moi.
On peut utiliser le pastel ou le blanc de gouache, etc,
le tout sur papier teinté.


L'aprem  j'm'accroche à mes pinceaux, rattrapé trop tôt par cette foutue obscurité hivernale.
(je ne peins pas à la lumière électrique, beurk.) 




Les fruits rouges en cours








Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai des coqueliquots à piler.
Salut les marlous.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article