Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SHOAH, le coup de pied.

Publié le par Francois-Bhavsar

Shoah, Le coup de pied ou La soupe renversée Fusain et gouache sur papier 40X60 Bhavsar

Shoah, Le coup de pied ou La soupe renversée Fusain et gouache sur papier 40X60 Bhavsar

          Ayant vendu au musée Paul Delouvrier situé à Evry, le dessin de la Shoah représentant Le coup de pied ou La soupe renversée, et celui-ci faisant parti d'une série importante de dessins sur la déportation, j'ai décidé d'en faire une nouvelle version ; c'est celle qui est photographiée ci-dessus.

Shoah, Le coup de pied ou La soupe renversée, détail : la déportée martyrisée. Fusain et gouache sur papier 40X60 Bhavsar

Shoah, Le coup de pied ou La soupe renversée, détail : la déportée martyrisée. Fusain et gouache sur papier 40X60 Bhavsar

        La soupe est, avec le morceau de pain noir, la nourriture essentielle de la journée. Mesurée à raison d’un litre par détenu, elle se compose invariablement d’un bouillon clair où surnagent quelques morceaux de rutabaga. Couvrant, au début, 60% de l’apport nutritif d’un prisonnier, la ration diminuera considérablement, transformant les hommes en squelettes vivants Les nazis éliminèrent aussi les prisonniers par la faim.

              Les images des humiliations et exactions par les nazis sur des hommes plus faibles qu'eux sont légions. Coups de pied, flagellations, vols, déplacements, enfermements, cruautés diverses, viols, exécutions, meurtres, c'est un long et insoutenable martyrologue de la chair de l'Autre.

 

Shoah, Le coup de pied ou La soupe renversée, détail : trois déportées apeurées. Fusain et gouache sur papier 40X60 Bhavsar

Shoah, Le coup de pied ou La soupe renversée, détail : trois déportées apeurées. Fusain et gouache sur papier 40X60 Bhavsar

          Sur ce détail du dessin, il y a ces trois femmes serrées l'une à l'autre, apeurées, qui passent leur chemin, espérant ne pas être prises à leur tour par la folie haineuse et ricanante de leurs geôliers. Pour la composition, la symétrie est amenée par le groupe de trois soldats SS à gauche.

SShoah, Le coup de pied ou La soupe renversée, détail : groupe de soldats nazis Fusain et gouache sur papier 40X60 Bhavsar

SShoah, Le coup de pied ou La soupe renversée, détail : groupe de soldats nazis Fusain et gouache sur papier 40X60 Bhavsar

        Techniquement, j'ai utilisé le fusain et la gouache noire pour obtenir des noirs profonds par superposition des deux médiums. L'impression d'un léger piqué du dessin et d'une atmosphère vaporeuse saturée d'humidité est obtenue par la projection relativement grossière du fixatif. Le "mouillé" du paysage putride est un mélange de travail léger au pinceau et de fusain.

SHOAH, le coup de pied.
SHOAH, le coup de pied.

           Dans cette désolation d'un paysage de camp de concentration, l'on voit les prisonnières errer à la recherche du moindre objet ou effet négociable pour tenter d'améliorer par le troc leur ordinaire.

Shoah, Le coup de pied ou La soupe renversée, détail : officier nazi frappant une femme. Fusain et gouache sur papier 40X60 Bhavsar

Shoah, Le coup de pied ou La soupe renversée, détail : officier nazi frappant une femme. Fusain et gouache sur papier 40X60 Bhavsar

           Le coup de pied est lointainement inspiré d'un document où l'on voit un SS promener sa badine d'officier sur le visage d'une vieille femme. Voici le "dessin vérité" que j'en ai fait. Ces "dessins vérité" sont exécutés rapidement au feutre noir, d'après documents (lectures, visionnage de films, visites de musée, dessins de déportés, etc). J'en ai fait, de mémoire, 150.

Officier nazi frappant une femme au visage Feutre sur papier 12x21 Bhavsar

Officier nazi frappant une femme au visage Feutre sur papier 12x21 Bhavsar

        Voici côte à côte les deux dessins.

(Une partie des dessins est visible dans la rubrique Shoah sise à droite de cet article)

Shoah, Le coup de pied ou La soupe renversée Les deux versions Fusain et gouache sur papier 40X60 BhavsarShoah, Le coup de pied ou La soupe renversée Les deux versions Fusain et gouache sur papier 40X60 Bhavsar

Shoah, Le coup de pied ou La soupe renversée Les deux versions Fusain et gouache sur papier 40X60 Bhavsar

« Si l’écho de leur voix faiblit, nous périrons » Paul Eluard

Faites disparaitre de votre vie tout ce qui est amertume,
emportement, colère, éclats de voix ou insultes,
ainsi que toute espèce de méchanceté.
Ephésiens 4,29-32

          Salut aux humbles et doux.

mots-clé : film les camps de concentration nazis 1936 1945, Déportation, relégation, emprisonnement, Soldats nazis, soldats SS, Uniforme SS, Camp de transit. Exposition la shoah en BD. Mémorial de la Shoah. Musée de la résistance et de la déportation. Déportation par les nazis de plus de 8 millions de travailleurs civils européens (dont environ 600 000 Français), de 1942 à 1945, pour le travail forcé dans l'industrie de guerre allemande, accomplie notamment sous l'autorité du gauleiter Fritz Sauckel, le « négrier de l'Europe ». Les camps d’extermination nazis étaient des centres de mise à mort à grande échelle.]. Ils firent près de 3 000 000 de victimes, juives dans leur énorme majorité, assassinées au moyen de chambres à gaz. Maillon essentiel de la Shoah, ils prirent le relais des fusillades de masse pratiquées par les Einsatzgruppen. SHOAH. l'Est de l’Europe. Wehrmacht. Construction des camps et début des assassinats. Arrivée des convois. Sélection. Gazage. Destruction des cadavres et dissimulation des preuves. Après avoir été dans un premier temps enfouis dans des fosses communes, les cadavres des victimes ont été incinérés dans des fours crématoires ou dans des fosses de crémation, à partir du printemps 1942 à Chelmno et à Auschwitz et de l'automne dans les camps de l'action Reinhard. Les bourreaux. Des gardiens ou même des médecins nazis étaient des bourreaux pour les Juifs. Comme Joseph Mengele qu'on surnommait l'ange de la mort, ou encore Carl Clauberg qui faisait des expériences barbares sur des enfants ou des jumeaux. Les Sonderkommandos (initialement Krematoriumskommandos, les commandos du crématoire) étaient des unités de travail dans les camps d'extermination, composées de prisonniers, Juifs dans leur très grande majorité, forcés à participer au processus de la solution finale. Leur rôle étant de vider les chambres à gaz, arracher les dents en or, couper les cheveux des morts et d'incinérer les cadavres dans les fours crématoires et les fosses. Le mot vient de l'allemand et signifie unité spéciale. Ce terme est parfois rencontré dans une autre acception car il a également été utilisé auparavant pour qualifier les Einsatzgruppen qui, eux, étaient Allemands et participaient à ce qu'on appelle désormais la « Shoah par balles » sur le front de l'Est. Les victimes. Caractères spécifiques des différents camps. Auschwitz Chelmno. Les camps de l'action Reinhard. Belzec. Sobibor. Treblinka. Maïdanek. Les chambres à gaz dans les camps de concentration. Résistance et révolte. Inspection des camps de concentration. Himmler, Système de marquage nazi des prisonniers.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article