Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jeudi, vendredi, samedi 16-17-18 10 08

Publié le par Francois-Bhavsar

Jeudi

Matin, course à pied avec le Saccapuce

Le reste de la journée, je bosse sur la FIP,
notre feuille de chou paroissiale pour laquelle je prête main forte toutes les 5 semaines.
 


C'est le numéro mille, waoooouh.

 



Caprice :

  une volte vers Paris :
 on monte à la capitale.



 


en septembre 1985, il s'y passait ceci :






 Que font-ils?



Ils chassent les fantômes?

Eh,non, ils font un paquet cadeau.






Et lui, il nettoie comme à la pyramide du Louvre?

Eh non, il empaquette.







C'est un concours d'escalade sauvage?
Eh non, ils ficellent le paquet.









Ce 20 10 1985, c'était l'emballage du pont Neuf.




Avec hommes-grenouilles, alpinistes, badauds
et votre serviteur "le caresseur de papier".


Pour ceuss tombés de la dernière pluie
sachez qu'un artiste contemporain,
Christo ,
avec du scoth et ses ciseaux,
a fait du Pont Neuf, qui attendait que ça, un colis prêt à composter.
Boaf :





Dessins 21X30 20 10 1985


Ah, au passage un excellent petit film bien poilant : 2 days in Paris.
Cru, mais rigolo.


Vendredi

mon aquarelle du matin,
première gelée et soleil levant dans les troncs :

Forêt de Sénart 17X25 17 10 08

Mes couleurs ont vraiment gelées.




Reste de la journée à l'atelier:
peinard au chaud

 











Ben, et samedi?
Hmmmm, faut attendre.


Voilà,

 ce sera en photos :





Pour finir, un peu de destroy :



Manif. Gouache  50X65 1984


08 09 1985

Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai mes pieds à récurer.

Salut les louches.

Les suites des balades d'un (vrai) peintre, milieu de semaine,

avec fin du massif de BD, et début d'une encore plus grande composition.

Partager cet article

Repost0

Intermède

Publié le par Francois-Bhavsar

Les tubes encre sur papier  19X25 

Partager cet article

Repost0

Lundi, mardi, mercredi 13-14-15 10 08

Publié le par Francois-Bhavsar




Lundi
Course à pied du matin avec le sakkapuce :



petits trots matinaux décoincent le cervelet.


Journée à l'atelier :


Amusement de glisser un autoportrait dans la nature morte en cours :

 Lucky Luke se fendant la poire en me regardant peindre "Joly Jumper",

j'en jubile moi-même.









L'original :


C'est le grand peintre de Western  
Frederic Remington, né en 1861,
qui portraiturait Indiens, cow-boys et tout
ce qui bougeait dans le Far-West.
Ce costaud  sifflotait
en peignant,
exaspérant son voisinage.



mardi

 

L'aquarelle du matin :


Sénart 21X30 14 10 08


La journée à l'atelier





Je fais mes écritures sur le tableau :

Les dessinateurs de BD appellent ça : "encrer la planche".











Je peaufine l'autoportrait caché.






Mercredi.

Ce matin, j'ai pas aimé ce qui est arrivé dans ma marche matinale tradi :

le chien a salement abîmé sous mes yeux un marcassin.
En le transportant, fermement, sur plusieurs kilomètres,vers une maison forestière où je l'ai laissé,
je me suis retrouvé couvert de sang ;
De là à la voiture je me suis planqué pour ne croiser personne et ne pas me retrouver au commissariat.

J'ai vraiment pas aimé.

  Ce soir j'en parle à l'ami Paul, fin connaisseur de la campagne, grand fusil devant l'Eternel.
 Il me fait les gros yeux : surtout laisser l'animal et fermer sa gueule,
car c'est un acte de chasse illégal qui emmène les pires emmerdes :
amende, procès, et autres joyeusetés.

D'habitude les mères chargent le Sakkapuce et protégent leurs petits,
mais pas toujours.
De plus j'ai eu peur d'être chargé moi aussi.
(ça m'est déjà arrivé : grosse poussée d'adrénaline )
A priori le marcassin était foutu.

J'ai vraiment pas aimé.
(D'où pas de photos)


Pauvre bête.


Ce qui m' a foutu un choc c'est de voir l'Astuce devenir un prédateur,
"c'est un chien de chasse maintenant" me dit Paul,"il a pris le goût du sang".

Merde

Et pas d'aquarelle.


Mais quelques dessins à chaud pour évacuer :








Aquarelle  30X21 15 10 08





Reste de la journée à l'atelier :







Je suis en train de terminer la grande nature morte de BD

Je prendrais de bonnes photos pour la fin de la semaine
et j'vous balancerais ça avec un p'tit poême bien vantard.

Et déjà :


 
ECRIT SUR LA PEINTURE D'UNE BRANCHE COUPEE
FAITE PAR WANG LE GREFFIER, DE YEN-LING

Les bambous maigres ressemblent à des ermites ;
La fleur discrète est comme une vierge.
Le moineau sur la branche s'incline et se redresse,
S'ébroue et fait pleuvoir parmi les fleurs.
 
Ses ailes vont s'ouvrir pour l'envol ;
Et, sous lui, tout le feuillage s'agite.
Les pauvres abeilles qui butinent les fleurs
A leurs deux pattes confient le nectar.

L'artiste au talent merveilleux
C'est tout moi ça
fait surgir le printemps du pinceaux et du papier.
Je suis sur qu'il doit être poète
Hmmm
Et qu'on pourrait lui demander des rimes subtiles.
Tout-à-fait.



Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai les graviers à trier.
Salut les ruinés.

  Samedi ou dimanche, suite des lumineux exploits d'un (vrai) peintre.

Partager cet article

Repost0

Vendredi,samedi, dimanche 10-11-12 10 08

Publié le par Francois-Bhavsar




vendredi

l'aquaqua du matin total à la bourre :




Forêt de sénart 25X17 10 10 08


Puis tripatouillages sur l'ordi.

L'ami Olivier est venu déjeuner.


Journée à l'atelier.

Je peins la grosse bête jaune :



Ah, un petit détour technique :
l'appui-main.
C'est le machin que je tiens de la main gauche.
ll permet de travailler finement les détails, la main droite bien calée.
Elle n'a pas ainsi à se coller dans la peinture fraîche.




Bien, Bien, Bien,
maintenant du sang,
celui des marchands de tableaux que j'aime tant :
si,si.



Encre 34X30 1998

Pour les amateurs de bons polars il y a un auteur finlandais, Henning Mankell, qui trimballe à travers la Scanie (Suéde)
son inspecteur, Wallander.
Dans "le guerrier solitaire"  H.M. prend un plaisir à dessouder, par criminel interposé, des antipathiques patentés dont un politique pervers libidineux et un marchand de tableau.
Et là, je vous balance des extraits qui, cet été, m'ont fait croire au beau temps breton.
Niark, niark, niark, niark.

Un joli coco celui-la.
 et, hélas, le portrait exact d'une majeure partie des marchands de tableau.


Qui croyez-vous que sont, ceux qui nous imposent l'amerloque new-yorkais au château de Versailles?

;

L'ironie de l'auteur, discrète, reste discernable.


Rien que de très normal
et pratiqué avec l'accord empressé des artistes, d'un bout à l'autre de l'Europe.
Mais voilà,
l'auteur a jouissivement envoyé le drôle "ad Patres" .
Et moi j'en rigole :




miam, les deux moitiés du visage... on en mangerait.
Je rappelle le titre du bouquin :
"le guerrier solitaire".


Tssssssssssss, c'est  pas bien de se réjouir du malheur des, etc.


 
Encre 21X30 2008

D'accord,  mais c'est poilant d'occir son marchand du temple ;
allez, fini de rire, faut maintenant reprendre le boulot :


samedi



VTT, froid et brouillard.
aquarelle 21X30 11 10 08




Mange ma poussière, mec.

Merde, j'ai explosé mon dérailleur et ma chaîne;


Dimanche

Me voilà transformé en louvetier toute la journée :











Louveteaux Aquarelle 21x30 12 10 08

Un bonheur que de cavaler dans les bois avec les loups;
mais ils sont sur ressort et nous les vieux, ben, on est à la ramasse.
(Pas si vrai quand même.)

Belle journée qu'on termine chez Michel et Claire, autour d'un verre de champ, pour admirer l'oeuvre de ma pomme
bellement encadrée :


La Motte gouache 80X120 2008


Bon, c'est pas que j'emmerde mais faut que j'aille écouter pousser ma barbe;

Salut les pitres.

Suite des errances d'un (vrai) peintre mercredi ou jeudi.
 

Partager cet article

Repost0

Mardi, mercredi, jeudi 08, 09, 10 10 08

Publié le par Francois-Bhavsar

Mardi




L'aquarelle du matin :



Forêt de Sénart 17X25 7 10 08

L'humidité de la forêt est grande qui empêche de superposer les couleurs.




Journée à l'atelier sur ma grande nature morte BD :




Gaston, Babar, Tintin, et les autres sont insatiables :
toujours besoin de leur dose quotidienne de térébenthine.

Ben, moi aussi, hic.
Et voilà, j'vois double.


L'ami Bernard est venu déjeuner pour faire avancer le schmilblick sur "Jeff et consort " :



Encre et gouache  21X30  2008





Mercredi


Mon aquarellos du matin :




forêt de Sénart 17X25  8 10 08






Journée à l'atelier :









Pfuuuuuu, bonjour le boulot.



Lequel est le vrai, lequel est le faux?
Réponse : le plus beau est le motif peint.






Ma copine la grosse bêbête jaune continue à tourniquer,
toute fière de figurer dans le chef-d'oeuvre.







AH,
que j'vous cause d'un truc :

j'me suis fait plaisir l'autre jour à Paris.
J'ai acheté cinq pinceaux fins,
pour terminer le tableaux en cours.

Un foutu sac à merde ces pinceaux fins.
(Sur cinq, un sera bon, et encore)
Avec la déliquescence du métier du peintre figuratif,
ben , derrière les merdeux suivent, et plus moyen de trouver des instruments précis
digne de ce nom.
Que ces fabricants se fassent emporter par la tourmente
et je ne les pleurais pas.






De beaux tubes d'une peinture extra-fine fabriquée artisanalement du côté de Cannes.
Miam, on en mangerait.
C'est Charvin.
Celui-là, faut surtout pas que le diable l'emporte.
Un jour je vous expliquerais ce qui différencie une belle couleur d'un machin médiocre.




Yeap, que j'oublie pas :
derrière les tubes et pinceaux y'a un tableau ancien de Bibi,
"La lutte du peintre et de l'ange" :





Huile sur toile 124X193  Circa 1996


Bon, nous v'là rendu à


jeudi

Là, boulot à l'atelier après ma course à pied matinale.
(galopade vesperale débouche les neurones)




mais en plus de mon propre atelier, j'en ai vu un autre,
celui d'un peintre que j'estime :
Marie Laurence Gaudrat.

Aller-retour à Nogent sur Marne.




Remarquez ici la manière exemplaire d'un peintre pour travailler un grand format.
MLG a disposé autour d'elle les études et tableaux précédents, parfois anciens,
qui vont lui permettre de s'abîmer dans son sujet sans contrainte.
Son oeil et sa mémoire soutenus par de précédentes observations sur le motif
(ici, une étable, une mère allaitant, un portrait,etc) obtiennent ce qu'ils veulent de la main tenant le pinceau.

"J'en vois deux qui suivent pas au fond, faudrait se réveiller".

Grande praticienne du motif, maîtrisant la lumière, technicienne hors pair,
je vous suggère d'aller voir son site:

www.ml-gaudrat.com

et n'oubliez jamais le combat hors norme que représente aujourd'hui, tableau après dessin, une
oeuvre figurative exigeante.






Le pré en Aubrac  Huile sur toile 60X50 1994



La table du jardin  Huile sur toile 140X114 1993,

et son modéle à l'atelier.




 

 




Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai mes voisins à depecer.

Salut, les guignols.

Rdv à la st Glinglin pour la suite des tribulations d'un (vrai) peintre.

Partager cet article

Repost0

Samedi, dimanche 04-05 10 2008

Publié le par Francois-Bhavsar


Bon, les mecs, on va pas tortiller du cul,


la grande affaire, aujourd'hui, c'est la commémo de Jean.






Sur le pont dès 5.00, 
je mets la dernière main aux aquarelles de la Garde faite sur place hier,
(ben ,tu les regardes sur hier, pfuuuu)

petite pause:

"En début de WE on plante la tente..."
aquarelle 21X30 2008


Puis je file à St Cloud pour installer, avec les frères des jeunes années, le raout du soir













Sympa, la masure des R.













petite pause:


"...Puis on se met au boulot..."
Grevilly aquarelle 21X30  1984



Et puis hop,
à cheval,


la messe :

petite pause:


"...on pose les outils..."
encre sépia sur papier 21X30 1984


Et la fiesta:
l'éclate entre vieux potes.

Putain, une vraie poilade, tous ces pères de familles blanchis sous le harnais se marrant, buvant, chantant, bavant(?),
heureux comme des gosses de se retrouver, parfois trente ans après.

Merde,  le François F. , pas changé,  toujours rigolard et ceux
qu'on a quitté fluets et chevelus, qu'on découvre en crane d'oeuf sans complexe, se
fendant la pipe.












Y'a pas à dire la marrade est énorme, le Jean il aurait aimé.





petite pause :
"...ah, ben toujours en train de monter la tente ceux-là. Y'a pas un chef pour les aider?..."

aquarelle 21X30 2008









Chaud au coeur du bon tour joué à la camarde ( va voir ton dico ) ce 4 octobre,  à la Saint François.


Les camarades, merci pour le boulot, baussants et larmes aux vents à
St cloud-la-brocante.  

Et merde, Philippe Delorme, Bertrand Guérin et " sur l'Edmond tout
puissant" , en gras-doubles de nos jeunes années
( mille pardons pour cette impertinence à vous trois)

fallait pas manquer ça, hein, notre Jean ; ta trombine sur le jaja, comme
oraison funèbre, chez les Roro.
On s'est bien poilé à chanter les Lansquenets.

V., O., E., A., P.A., F., H.,  entr'autres âmes dispos pour te pleurer, t'aimer, te célébrer, Jeannot, ont, par Saint Michel, sous ta houlette, fait sus aux cons.

 

RDV chez Hervé le 29 septembre 2009.




petite pause :

"...ah, ça y est, petit raso, dernières consignes..."
aquarelle 21X30 2008


Et le bastringue continue :











Bon, les mecs, c'est pas que ça me fasses pas chaud au coeur,
mais j'ai du taf à torcher.

Salut les casseroles.




Et dimanche?

ben, on dessoule
et lundi aussi.

rdv mercredi pour les maux de tête d'un (vrai) peintre.


"...Bon, ben, c'est la fin du WE, merci le Jean de tout..."
aquarelle 21X230 2004


Partager cet article

Repost0

Jeudi vendredi 2-3 2008

Publié le par Francois-Bhavsar



La garde  aquarelle  24X32  2007


jeudi

 Course à pied avec Sakkapuce  le matin.

Journée à l'atelier.
L'ascension du massif de BD continue :







Voiture du Big Boss et doudou de la dernière :






 

En voyant le tableau, ma soeur m'envoie
 un mail m'accusant d'avoir volé le doudou de son fifils.
Pas mon genre de dépouiller mes  jeunes neveux.

Non, c'est à un gosse  brunoyen que j'l'ai piqué.








vendredi





Quartier des Célestins pour la prise d'arme de Sylvain Duret,
qui prend le commandement de la Garde Républicaine.
Temps clément,
beauté de couleur de la Garde,
puissance des chevaux,
savoir-faire des cavaliers,
 
suivez le guide, m'sieurs, dames :























Dessins aquarellés 21X30  03 10 08









Bon, c'est pas que j'm'emmerde, mais
j'ai mon cheval à équarrir.


Salut les haridelles

Rdv mardi  pour les errances du WE d'un (vrai) peintre.



Partager cet article

Repost0

Lundi, mardi, mercredi 29-30 09 2008 et 01 10 2008

Publié le par Francois-Bhavsar


Lundi

  Course matinale dans la forêt avec le sakapuce;


ou trots matinaux décoincent le cervelet


Le reste de la journée à l'atelier, avec ma copine la
grosse mouche jaune :



 

 mardi

Le matin je peins mon aquarelle quotidienne sous la pluie ;
c'est sportif.
Mieux vaut ne pas chercher à faire un chef d'oeuvre.
ça sèche pas, ça bavoche, ça coule.
Les petites trouvailles satisfaisantes sont immédiatement détruites ;
L'impact des gouttes en rajoute.
Rien ne sèche.
L'énervement gagne.

Mais la surprise peut être bonne.
Hum, faut pas rêver :

 

 
Forêt de Sénart aquarelle 19X25 30 09 08

 

Faudra qu'un jour je vous montre 3 aquarelles faites des monts d'Arrée dans des conditions apocalyptiques,
j'en suis très fier même si, évidemment elles craignent ; c'est un souvenir trempé.



Mon monstre m'attend à l'atelier,



 avec la grosse mouche jaune  :

  

 



 





J'en cause, j'en cause, 
mais d'où c'est-y qu'elle vient c'te bête?
Jaune.
Ben, de là :

"Tintin et le crabe aux pinces d'or" Hergé


Ah bah non. 
En fait c'est pas tout à fait cette mouche là.
C'est dans un autre album ( lequel, gros malins? Mézigue y sait),
mais le bon bouquin est enseveli dans la composition en cours.
Pas question d'y foutre le bordel (tsssss).



Ah ben, à ropos du volatile jaune
 voici deux tableaux de Bibi avec 

l'animal.

Bon peintre ce François
 mais aucun avenir comme chasseur de mouche
.




 

Ah, erreur, là c'est la copine rouge, pas la copine jaune.


Mercredi

Mon aquarelle matinale ,
malin le pépère, je suis retourné au même endroit qu'hier.
Pas de pluie cette fois.
y'a pas photo, sans la pluie ç'est mieux rangé.


Forêt de Sénart 17X25 01 10 08



Le reste du jour à l'atelier au milieu de ma montagne de BD ;
l'ascension continue:




Et la copine jaune, elle est où?
Vous le saurez en lisant la suite des errements d'un (vrai) peintre
samedi ou dimanche.


Bon, et là c'est pas que je m'emmerde mais j'ai un dragon à tuer.

Salut les drôles.

Et par saint Michel, sus aux cons.


Partager cet article

Repost0

Vendredi,samedi,dimanche 26, 27, 28 09 08

Publié le par Francois-Bhavsar

 




Vendredi

Ma pettiote aquarelle matinale :


Forêt de Sénart 18X24 25 09 08




Puis je rejoint ma copine la grosse mouche jaune à l'atelier :





Je passe la journée avec elle.





Le machin rouge, c'est une formule 1 en Lego.
Quand j'vous dit ke j'sais tout peindre.









20.30, dernière réunion pour ravauder les coutures de la commémoration de Jean du 4 10 08.

Quelques instants de méditation :



P.A. encre 21X30 26 09 08

Vincent, Olivier, Pierre-Arnaud et Alain.
Sérieux, travailleurs, appliqués, l'esprit d' équipe (fine) et tout, et tout.

C'est notre Jeannot qu'aurait été fier .

Au même endroit un an avant, snif :



Jean, Emmanuel, Pierre-Arnaud, François, Bertrand, Olivier;




Samedi,

reaquarelle du matintin :



Forêt de Sénart  19X25  26 09 08





11.00, les Julots au fourneau :






crayon 21X30 2007/2008



François (1 et 2), Philippe, Olivier, Vincent, encore une "Dream Team", qui marche là où ça porte bonheur.










Sur place, on est connu maintenant, les Julots au fourneau débarquent, les commerçants fourbissent la caisse enregistreuse et les vendeuses nous regardent avec des étoiles plein les yeux :
"ah si mon bonhomme, il avait cette bonne idée".





Encre 20X30 27 09 08


 14.30, réunion (pfuuuuu) de la maîtrise scoute pour préparer dimanche,

rentrée du groupe ;





encre et aquarelle 21X30  27 09 08

Gonzague, Pierre-Marie, Benoit, Baudouin, là aussi une équipe efficace et amicale.


Ben, mon vieux, le métier de peintre est un métier de solitaire, et là, c'est la réunionite

aiguë.


16.00, allez hop, aux cuisines, les filles :



François est allé jusqu'à prendre des cours de cuisine.
Mais on le fait boire et y désapprend vite ;
bon élève, ce garçon.

21.00, ça y est, les lumières de nos vies arrivent, on peut dîner.


Hum, j'vous traduit :
ce soir les mecs reçoivent les meufs,
rehum.


( "la soirée flamande" huile sur toile  120X120)

O. (et les autres) nourriraient-ils des arrières-pensées en
gavant les femmes?

Rerehum.


Bon, éloignons-nous de ces stupres et passons à




dimanche,



journée "rentrée scoute" :

 



Les nouveaux CPs (?) prennent le staff et accueillent les p'tits nouveaux
(ici, Donatien - mon aîné, beau grand gars maintenant - et le jeune Louis)


aquarelle 21X30 28 09 08

Quelques tranches de vies,
vieux scouts des neiges d'antan et louvettes de la dernière pluie :






Promesse de Louveteaux :



aquarelle  21X30  28 09 08 



Et à la volée le portrait de l'un des scouts :



Alexandre  aquarelle 21X30  28 09 08

A preuve que les scouts sont cools côté chevelure.
et pas les fachos que certains aimeraient caricaturer.




Et pour en rajouter une petite couche dans l'acidité,
voici le jeune Albert de
Chaland :







Bon, c'est pas que j'emmerde mais j'ai une BM à voler,

salut les pitres.


Les suites des cahotiques aventures d'un (vrai) peintre mercredi ou jeudi.

Partager cet article

Repost0

Mercredi -jeudi 24-25 09 2008

Publié le par Francois-Bhavsar

Mercredi.


Ma petite aquarelle du matin :



Forêt de Sénart  19X28 24 09 08



Puis à l'atelier  pour continuer le monstre en cours,

un massif de personnages de bd, parmi lesquels je dois trouver mon chemin.




Des deux massifs côte à côte, lequel est la peinture, lequel est le modèle?

Le gagnant n'a pas de récompense.
Trop fastoche.
Quoique. 

Bon, allez , marre des finasseries, je commence l'escalade :




Moi, au milieu de mon bordel.
*
Tsss, quel vocabulaire.

*
- p'têt, mais j'ai de beaux bras bien musclés,
- poil au nez.





"Une cuillère pour Gaston, une cuillère pour Babar, une cuillère pour Tintin,..."

Faut que ça grandissent ces p'tits là.




Jeudi matin,



course à pied dans la forêt avec le Sakapuce.

(galopade matinale débouche l'entendement)




Je cours attaché au corniaud ; curieux,  j'ai amélioré mes performances.




A l'atelier toute la journée :







Une cravate Tintin, une lampe Gaston, un vase Tintin, l'atelier devient un entrepôt de produits dérivés.

Dérivés, dérivés, peut-être mais de qualité et recherchés par les collectionneurs.

Puis rien ne vaut de relire nos vieilles BD pour se bidonner.




Bon, c'est pas que j'emmerde mais j'ai mes chats à ébouillanter.

Salut les sous-doués.

Rencart lundi  ( ou p'têt ben avant) pour suivre les périgrinations d'un (vrai) peintre.





Partager cet article

Repost0

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>