Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vendredi 24 10 08 On observe avec le vrai, au nom du vrai, en évoquant le vrai

Publié le par Francois-Bhavsar





Aquarelle du matin,
ma p'tite observation du vrai quotidienne sur nature :







Forêt de Sénart  18X27 24 10 08







Les trois sapins idéalement groupés pour être pins, heu, peints.
Beau soleil levant d'hiver éclairant timidement les troncs.



Et j'ai toujours mon admirateur inconditionnel  :


Miam, on en mangerait.




A l'atelier avec Joseph et Marie, l'aventure continue :










L'effet d'ensemble est posé.
Place maintenant à l'âme du tableau, 

"dont les couleurs bien appliquées,
Inaltérables, belles et pures doivent être admirées.
En somme tout l'ouvrage sera bel et parfait
Et il ne manquera rien, sauf la parole..."  
             
D'après Lucas de Heere en hommage Hughes van der Goes, cité par Karel Van Mander dans le livre des peintres, 1604.








Le tableau en cours fait 130X192, on y reconnaît les miens.







Le carresseur de toile.










..."On observe avec le vrai, au nom du vrai, en évoquant le vrai, en cherchant précisément à donner aux autres la sensation qu'on ne l'a pas imaginé et que ce doit être ainsi"...                                                 A. Albalat     L'art d'écrire.


Et je le prouve;  voici par exemple une étude sur nature du boulot d'un restaurateur dans son atelier et remarquez la position de son fils ; la position de Jésus dans l'atelier de Joseph en procède directement.





Alain Mangaud dans son atelier  aquarelle 26X33  Février 2003






C'est toute la complexité d'une grande composition : les aller-retours entre l'imagination, les observations, qu'il faut noter, retravailler sur le papier  et mémoriser ;
cela combiné avec le savoir-faire, la technique, le dessin ; 
pfuuuu, quoi encore?
La science des tons justes, le clair-obscur, la lumière, la couleur ;
n'en jetez plus,
être peintre figuratif c'est un être super-super-artisan ;
méprisé qui plus est.
Il faut les avoir bien accrochées pour maintenir un tel niveau de travail dans le contexte hostile actuel.


Ah, ben, on peut rajouter l'anatomie, j'en connait aussi un rayon de ce côté là...
Félins plume 24X32  18 08 1984 

Et pour me consoler : un atelier de joseph par Rembrandt, seigneur que c'est beau :







Et là, j'vous case mon dessin à moi :




L'atelier de Joseph  60X75  encre sépia  2008




Vous dormez, bon, du destroy pour vous réveillez. :



 On achève bien les chevaux. 






Allez c'est pas que je m'emmerde mais faut que j'aille abattre un ou deux canassons.
salut les jean-foutres

Je vous pose un lapin pour les suites des tribulations d'un (vrai) peintre, samedi
ou dimanche? 
 





 cheval et félins  aquarelle et plume 27X34  24 08 1984 







Partager cet article

Repost0

Jeudi 23 10 08 "Ses rivaux obscurcis autour de lui croassent"

Publié le par Francois-Bhavsar





Le matin,

"grande galopade matinale détrouducute l'entendement."

Hummmmpf.




Et j'attaque direct à l'atelier :
L'atelier de Joseph m' inspire à fond.


130X192


"...Ne crois pas toutefois, par tes savants ouvrages,
Entraînant les coeurs, gagner tous les suffrages.
Sitôt que d'Apollon un génie inspiré
Trouve loin du vulgaire un chemin ignoré,
En cent lieux contre lui les cabales s'amassent ;
Ses rivaux obscurcis autour de lui croassent ;
Et son trop de lumière, importunant les yeux,
De ses propres amis lui fait des envieux ..."
Boileau à Racine







J'ai la souveraine  impression, fausse évidemment, d'être  Rembrandt.Non, serieux, j'suis super à fond dans le machin.




Une Sainte famille avec Joseph à l'établi, dessin sublime de Rembrandt,
Et là c'est Bibi :

L'atelier de joseph 21X30 gouache+aquarelle 2008

Le geste de Joseph vient de l'observation directe dans l'atelier de restauration
d'Alain Mangaud, professeur à l'école Boulle et qui habite le bled voisin.
J'en ai plusieurs études que je proposerais à votre admiration sans faille au fur et à mesure.
J'les utilise sur un autre tableau en cours,depuis 3 ans.
(pardon Damien, promis dans la foulée je le termine,
si je mens j'vais en Enfer)
"la famille L"     huile sur toile    116X89






Jésus enfant avec des lunettes, pourquoi pas? 





Autour de moi, comme autant de p'tits vaudous pour réussir le tableau, j'éparpille études sur nature, compositions, modellos, etc.


Maaaaaoooooooooooowwwwwwwwwwwwww, on va avoir des chatons dans l'atelier, si ça continue.


 


Bon, c'est pas que je m'emmerde mais là, je dois aller me saouler.
Salut les guignols.

Partager cet article

Repost0

Mardi, mercredi 20-21 10 2008

Publié le par Francois-Bhavsar


Autoportrait  au turbin.


Mardi matin, mon aquarelle matinale,
j'ai fait fisa car il pleuvait dru :


Forêt de Sénart  17X25  Aquarelle  21 10 08


ce p'tit crobar pour imaginer le travail sous la flotte :



Y'a plus confortable




Puis à l'atelier pour démonter la nature morte terminée hier et à en dépoussiérer les objets.

A ce propos voici une curiosité d'un très bon peintre, Evaristo Baschenis (Italie XVIIéme) :
 ce sont les traces de doigts dans la poussière déposée sur les instruments de musique de sa nature morte - détail virtuose que je m'amuserai à représenter à mon tour un jour :





Beau tour de force, mais facile pour un peintre comme moi.
("TSSSSSSSSSS, quel vantard").





Et j' installe la prochaine toile dont je pose la couche d'impression :




A l'éponge.














Mercredi




Le matin mon aquarelle habituelle dans la forêt :


forêt de Sénart 17X24  22 10 2008



A l'atelier, heure zéro pour "l'atelier de joseph" (130X192) 
il est destiné à être accroché à Saint Sulpice.


Première mise en place au fusain.

 Les premiers coups de pinceaux,
le Big Boss au boulot

Autour, les esquisses et dessins préparatoires.

Les modèles que le peintre a sous la main,
ce tableau sera très autobiographique ;
c'est même là une de ses racines,
Il sera le reflet de ma vie d'artisan,
avec ma femme, mes enfants et mes animaux.
Bon, je ne nous prend pas pour la Sainte Famille.
mais cette identification sera un des plaisirs de peindre ce tableau.

Aujourd'hui, belle lumière grise à l'atelier
idéale pour peindre.

En fin de journée l'ensemble est posé.

Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai des troncs à piller.
Salut les fesses-mathieu.


A demain vendredi pour les suites des aventures d'un (vrai) peintre

Partager cet article

Repost0

Récré BD

Publié le par Francois-Bhavsar


Le massif de BD  130X162  Huile sur toile  2008


Admirez l'engin terminé hier, un vrai monstre.


Vous vous rappelez  de
la grosse mouche jaune qui tourniquait autour du tableau
pendant son exécution:






 C'est l'avion tiré de Tintin et l'étoile mystérieuse :


,




Et l'autoportrait caché,


 






où je me mets à la place de Frédéric Remington :






 



C'est un clin d'oeil
pour des infos exactes :
peindre sur le motif
(actuellement cela est courageux pour un artiste contemporain)
ne pas avoir un sou,
et en rire,
voilà des conditions de vie du peintre figuratif d'aujourd'hui.




Et  pour rigoler gratos :






N'oubliez pas:


TINTIN Huile sur bois  32X40   2008   800 euros

 

Z comme Zorglub  Huile sur toile  70X70  2008  1000 euros



Bon, c'est pas que j'emmerde mais j'ai mes BD à déchirer.
Salut les illettrés

Et par Saint Michel sus à l'imbécillité.
Ou mort aux cons, mais c'est moins classe.

Rencart demain jeudi pour la suite des avatars d'un (vrai) peintre

Partager cet article

Repost0

Lundi 20 10 08 Accourez, amants de l'art...

Publié le par Francois-Bhavsar





"Accourez, amants de l'art, quelle que soit votre race,  
Contemplez cette oeuvre dédalienne, un joyau, un noble gage,
Auprès duquel les trésors de Baubourg sont sans valeur :
Venez, dis-je, initiés considérez avec recueillement et intelligence
Chaque qualité de l'oeuvre ; vous y verrez
Un océan où l'art coule à flot,
Et où chaque chose veut être également louée."




" Mais c'est en vain qu'on louerait une chose plutôt que l'autre
Car entre eux ici luttent les plus beaux joyaux ;
Tout s'anime et semble sortir du cadre.
Ce sont des miroirs, oui des miroirs, et non point des peintures ! "










"Comme un peintre accompli, un maître complet

Il possédait quatre qualités qui doivent être celle du peintre :
La patience, la tempérance, la raison et l'esprit en abondance."
On me reconnaît aisément
"La netteté indique son humeur douce et patiente
La tempérance, son intelligence à tout caractériser
Avec effet, mesure et art, pour que chaque chose produise l'effet v
oulu."
Tout cela est la vérité vraie.



D'après
l'ode composée par Lucas de Heere pour Jean Van Eyck et cité par Karel Van Mander
Le livre des peintres 1604.


Voilà en résumé, et atténué, ce qu'on peut penser de mon dernier tableau, que voici :


Le massif de BD  Huile sur toile 130X162  2008



Voilà la bête photographiée un peu près correctement ;

ça fait un vide de finir un tel morceau,
et  laisse heureux et malheureux.

Heureux d'avoir accompli un beau tableau,
malheureux car il pourrait être encore plus beau;
j'aurais pu mieux faire, n'est-ce-pas?


 Et puis qu'attaquer après?

Bon, là, j'ai la réponse, car j'suis à la bourre : 
j'attaque dés mardi une grande toile appelée
"l'atelier de Joseph".

Voici l'un des "modellos" préparatoires :




L'atelier de Joseph  gouache  65X80  2008

Ce sera un tableau "autobiographique"



et pour se quitter voilà un petit dernier photographié cet été chez l'ami Stéphane,mais peint il y a quelques années, ( c'est arrivé que je ne shoote pas certains tableaux par manque d'argent, de temps, etc).


Nature morte avec BD  Huile sur toile 92X73 Circa1998
La photo est mauvaise, tant pis.





Bon, c'est pas que je m'emmerde, mais faut que j'aille décrocher la lune.
Salut les martelés du cervelet.

Les aventures d'un (vrai) peintre continuent, à mercredi ou jeudi ou jamais.

RAPPEL

J'ai à vendre sur le même théme ce tableau :



L'hélico de Tintin Huile sur bois 33X40  2008   800euros



et celui-ci :





Z comme Zorglub  huile sur toile  70X70  /2008   1000 euros

Partager cet article

Repost0

Jeudi, vendredi, samedi 16-17-18 10 08

Publié le par Francois-Bhavsar

Jeudi

Matin, course à pied avec le Saccapuce

Le reste de la journée, je bosse sur la FIP,
notre feuille de chou paroissiale pour laquelle je prête main forte toutes les 5 semaines.
 


C'est le numéro mille, waoooouh.

 



Caprice :

  une volte vers Paris :
 on monte à la capitale.



 


en septembre 1985, il s'y passait ceci :






 Que font-ils?



Ils chassent les fantômes?

Eh,non, ils font un paquet cadeau.






Et lui, il nettoie comme à la pyramide du Louvre?

Eh non, il empaquette.







C'est un concours d'escalade sauvage?
Eh non, ils ficellent le paquet.









Ce 20 10 1985, c'était l'emballage du pont Neuf.




Avec hommes-grenouilles, alpinistes, badauds
et votre serviteur "le caresseur de papier".


Pour ceuss tombés de la dernière pluie
sachez qu'un artiste contemporain,
Christo ,
avec du scoth et ses ciseaux,
a fait du Pont Neuf, qui attendait que ça, un colis prêt à composter.
Boaf :





Dessins 21X30 20 10 1985


Ah, au passage un excellent petit film bien poilant : 2 days in Paris.
Cru, mais rigolo.


Vendredi

mon aquarelle du matin,
première gelée et soleil levant dans les troncs :

Forêt de Sénart 17X25 17 10 08

Mes couleurs ont vraiment gelées.




Reste de la journée à l'atelier:
peinard au chaud

 











Ben, et samedi?
Hmmmm, faut attendre.


Voilà,

 ce sera en photos :





Pour finir, un peu de destroy :



Manif. Gouache  50X65 1984


08 09 1985

Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai mes pieds à récurer.

Salut les louches.

Les suites des balades d'un (vrai) peintre, milieu de semaine,

avec fin du massif de BD, et début d'une encore plus grande composition.

Partager cet article

Repost0

Intermède

Publié le par Francois-Bhavsar

Les tubes encre sur papier  19X25 

Partager cet article

Repost0

Lundi, mardi, mercredi 13-14-15 10 08

Publié le par Francois-Bhavsar




Lundi
Course à pied du matin avec le sakkapuce :



petits trots matinaux décoincent le cervelet.


Journée à l'atelier :


Amusement de glisser un autoportrait dans la nature morte en cours :

 Lucky Luke se fendant la poire en me regardant peindre "Joly Jumper",

j'en jubile moi-même.









L'original :


C'est le grand peintre de Western  
Frederic Remington, né en 1861,
qui portraiturait Indiens, cow-boys et tout
ce qui bougeait dans le Far-West.
Ce costaud  sifflotait
en peignant,
exaspérant son voisinage.



mardi

 

L'aquarelle du matin :


Sénart 21X30 14 10 08


La journée à l'atelier





Je fais mes écritures sur le tableau :

Les dessinateurs de BD appellent ça : "encrer la planche".











Je peaufine l'autoportrait caché.






Mercredi.

Ce matin, j'ai pas aimé ce qui est arrivé dans ma marche matinale tradi :

le chien a salement abîmé sous mes yeux un marcassin.
En le transportant, fermement, sur plusieurs kilomètres,vers une maison forestière où je l'ai laissé,
je me suis retrouvé couvert de sang ;
De là à la voiture je me suis planqué pour ne croiser personne et ne pas me retrouver au commissariat.

J'ai vraiment pas aimé.

  Ce soir j'en parle à l'ami Paul, fin connaisseur de la campagne, grand fusil devant l'Eternel.
 Il me fait les gros yeux : surtout laisser l'animal et fermer sa gueule,
car c'est un acte de chasse illégal qui emmène les pires emmerdes :
amende, procès, et autres joyeusetés.

D'habitude les mères chargent le Sakkapuce et protégent leurs petits,
mais pas toujours.
De plus j'ai eu peur d'être chargé moi aussi.
(ça m'est déjà arrivé : grosse poussée d'adrénaline )
A priori le marcassin était foutu.

J'ai vraiment pas aimé.
(D'où pas de photos)


Pauvre bête.


Ce qui m' a foutu un choc c'est de voir l'Astuce devenir un prédateur,
"c'est un chien de chasse maintenant" me dit Paul,"il a pris le goût du sang".

Merde

Et pas d'aquarelle.


Mais quelques dessins à chaud pour évacuer :








Aquarelle  30X21 15 10 08





Reste de la journée à l'atelier :







Je suis en train de terminer la grande nature morte de BD

Je prendrais de bonnes photos pour la fin de la semaine
et j'vous balancerais ça avec un p'tit poême bien vantard.

Et déjà :


 
ECRIT SUR LA PEINTURE D'UNE BRANCHE COUPEE
FAITE PAR WANG LE GREFFIER, DE YEN-LING

Les bambous maigres ressemblent à des ermites ;
La fleur discrète est comme une vierge.
Le moineau sur la branche s'incline et se redresse,
S'ébroue et fait pleuvoir parmi les fleurs.
 
Ses ailes vont s'ouvrir pour l'envol ;
Et, sous lui, tout le feuillage s'agite.
Les pauvres abeilles qui butinent les fleurs
A leurs deux pattes confient le nectar.

L'artiste au talent merveilleux
C'est tout moi ça
fait surgir le printemps du pinceaux et du papier.
Je suis sur qu'il doit être poète
Hmmm
Et qu'on pourrait lui demander des rimes subtiles.
Tout-à-fait.



Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai les graviers à trier.
Salut les ruinés.

  Samedi ou dimanche, suite des lumineux exploits d'un (vrai) peintre.

Partager cet article

Repost0

Vendredi,samedi, dimanche 10-11-12 10 08

Publié le par Francois-Bhavsar




vendredi

l'aquaqua du matin total à la bourre :




Forêt de sénart 25X17 10 10 08


Puis tripatouillages sur l'ordi.

L'ami Olivier est venu déjeuner.


Journée à l'atelier.

Je peins la grosse bête jaune :



Ah, un petit détour technique :
l'appui-main.
C'est le machin que je tiens de la main gauche.
ll permet de travailler finement les détails, la main droite bien calée.
Elle n'a pas ainsi à se coller dans la peinture fraîche.




Bien, Bien, Bien,
maintenant du sang,
celui des marchands de tableaux que j'aime tant :
si,si.



Encre 34X30 1998

Pour les amateurs de bons polars il y a un auteur finlandais, Henning Mankell, qui trimballe à travers la Scanie (Suéde)
son inspecteur, Wallander.
Dans "le guerrier solitaire"  H.M. prend un plaisir à dessouder, par criminel interposé, des antipathiques patentés dont un politique pervers libidineux et un marchand de tableau.
Et là, je vous balance des extraits qui, cet été, m'ont fait croire au beau temps breton.
Niark, niark, niark, niark.

Un joli coco celui-la.
 et, hélas, le portrait exact d'une majeure partie des marchands de tableau.


Qui croyez-vous que sont, ceux qui nous imposent l'amerloque new-yorkais au château de Versailles?

;

L'ironie de l'auteur, discrète, reste discernable.


Rien que de très normal
et pratiqué avec l'accord empressé des artistes, d'un bout à l'autre de l'Europe.
Mais voilà,
l'auteur a jouissivement envoyé le drôle "ad Patres" .
Et moi j'en rigole :




miam, les deux moitiés du visage... on en mangerait.
Je rappelle le titre du bouquin :
"le guerrier solitaire".


Tssssssssssss, c'est  pas bien de se réjouir du malheur des, etc.


 
Encre 21X30 2008

D'accord,  mais c'est poilant d'occir son marchand du temple ;
allez, fini de rire, faut maintenant reprendre le boulot :


samedi



VTT, froid et brouillard.
aquarelle 21X30 11 10 08




Mange ma poussière, mec.

Merde, j'ai explosé mon dérailleur et ma chaîne;


Dimanche

Me voilà transformé en louvetier toute la journée :











Louveteaux Aquarelle 21x30 12 10 08

Un bonheur que de cavaler dans les bois avec les loups;
mais ils sont sur ressort et nous les vieux, ben, on est à la ramasse.
(Pas si vrai quand même.)

Belle journée qu'on termine chez Michel et Claire, autour d'un verre de champ, pour admirer l'oeuvre de ma pomme
bellement encadrée :


La Motte gouache 80X120 2008


Bon, c'est pas que j'emmerde mais faut que j'aille écouter pousser ma barbe;

Salut les pitres.

Suite des errances d'un (vrai) peintre mercredi ou jeudi.
 

Partager cet article

Repost0

Mardi, mercredi, jeudi 08, 09, 10 10 08

Publié le par Francois-Bhavsar

Mardi




L'aquarelle du matin :



Forêt de Sénart 17X25 7 10 08

L'humidité de la forêt est grande qui empêche de superposer les couleurs.




Journée à l'atelier sur ma grande nature morte BD :




Gaston, Babar, Tintin, et les autres sont insatiables :
toujours besoin de leur dose quotidienne de térébenthine.

Ben, moi aussi, hic.
Et voilà, j'vois double.


L'ami Bernard est venu déjeuner pour faire avancer le schmilblick sur "Jeff et consort " :



Encre et gouache  21X30  2008





Mercredi


Mon aquarellos du matin :




forêt de Sénart 17X25  8 10 08






Journée à l'atelier :









Pfuuuuuu, bonjour le boulot.



Lequel est le vrai, lequel est le faux?
Réponse : le plus beau est le motif peint.






Ma copine la grosse bêbête jaune continue à tourniquer,
toute fière de figurer dans le chef-d'oeuvre.







AH,
que j'vous cause d'un truc :

j'me suis fait plaisir l'autre jour à Paris.
J'ai acheté cinq pinceaux fins,
pour terminer le tableaux en cours.

Un foutu sac à merde ces pinceaux fins.
(Sur cinq, un sera bon, et encore)
Avec la déliquescence du métier du peintre figuratif,
ben , derrière les merdeux suivent, et plus moyen de trouver des instruments précis
digne de ce nom.
Que ces fabricants se fassent emporter par la tourmente
et je ne les pleurais pas.






De beaux tubes d'une peinture extra-fine fabriquée artisanalement du côté de Cannes.
Miam, on en mangerait.
C'est Charvin.
Celui-là, faut surtout pas que le diable l'emporte.
Un jour je vous expliquerais ce qui différencie une belle couleur d'un machin médiocre.




Yeap, que j'oublie pas :
derrière les tubes et pinceaux y'a un tableau ancien de Bibi,
"La lutte du peintre et de l'ange" :





Huile sur toile 124X193  Circa 1996


Bon, nous v'là rendu à


jeudi

Là, boulot à l'atelier après ma course à pied matinale.
(galopade vesperale débouche les neurones)




mais en plus de mon propre atelier, j'en ai vu un autre,
celui d'un peintre que j'estime :
Marie Laurence Gaudrat.

Aller-retour à Nogent sur Marne.




Remarquez ici la manière exemplaire d'un peintre pour travailler un grand format.
MLG a disposé autour d'elle les études et tableaux précédents, parfois anciens,
qui vont lui permettre de s'abîmer dans son sujet sans contrainte.
Son oeil et sa mémoire soutenus par de précédentes observations sur le motif
(ici, une étable, une mère allaitant, un portrait,etc) obtiennent ce qu'ils veulent de la main tenant le pinceau.

"J'en vois deux qui suivent pas au fond, faudrait se réveiller".

Grande praticienne du motif, maîtrisant la lumière, technicienne hors pair,
je vous suggère d'aller voir son site:

www.ml-gaudrat.com

et n'oubliez jamais le combat hors norme que représente aujourd'hui, tableau après dessin, une
oeuvre figurative exigeante.






Le pré en Aubrac  Huile sur toile 60X50 1994



La table du jardin  Huile sur toile 140X114 1993,

et son modéle à l'atelier.




 

 




Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai mes voisins à depecer.

Salut, les guignols.

Rdv à la st Glinglin pour la suite des tribulations d'un (vrai) peintre.

Partager cet article

Repost0

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>