Vendredi 14 11 08 "On ne parviendrait pas sans peine à faire la liste de tout ce qu'il a dessiné, écrit, peint ou croqué d'après nature."

Publié le par Francois-Bhavsar








"En maint endroit, se rencontrent des oeuvres de son pinceau et de son crayon également habiles.On ne parviendrait pas sans peine à faire la liste de tout ce qu'il a dessiné, écrit, peint ou croqué d'après nature."
(c'est tout moi, ça)

Karel Mandel pour Albrecht Dürer  in le livre des peintres, 1964









Le matin, toujours ma contemplation aquarellée dans un coin d'automne brumeux, humide, fauve :





Forêt Sénart  30X21  14 11 08






et le reste de la journée avec Jojo et sa bande à l'atelier :









Beau gosse, le bougre.
(grâce à moi)

On est loin du saint Joseph barbe et calvitie traditionnelles ;
la beauté de l'aurore éclaire cette jeune vie.

Bon, y manque un peu de nez.





Mobilier d'époque et T-shirt lavable en machine.





Le bestiau se termine (130X192).
(encore une ou deux séances)

Il est un reflet diffracté de ma vie d'atelier, laborieuse, familiale, 
escarpement tatonné vers le Beau.
Nombre de symboles sertissent le sens religieux de la bête.
 



Y'a encore du boulot sur la tête à Jés.
(Ferdinou pose le visage tordu de fureur, ça aide)

 L'enfant est dans la source lumineuse.





Il  y a trois sacs-à-puces et deux sacs-à-plumes dans le tableau ;
la bande à Joey-le-menuisier au presque complet.






Le corniaud pionce sec.
Vous pouvez admirer le job : un morceau de (vrai) peintre, d'après nature.
Tu trouves ça où maintenant?



Pour la Passion à venir.
(Aïe, arrête romain, ça fait mal aux mains)







Bon, d'accord y'a souvent du vin dans les ateliers, 
  mais chez Jojo-le-Saint 
 c'est autre chose :
le pain et le vin,
-allez, un effort-
ça vous dit quelque chose?
 l'Eucharistie.






Le talent pur en action,
 hum, hum.

Donatien, sympa, pose pour son paternel.
Là je bosse le bras de Joseph.



Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai des avions à scratcher ;
salut mes cailles.



Et pour le fun, un peu de Totor :

"L'histoire à mes côtés met à nu ton épaule,
Tu dis : je ne sens rien! et tu nous railles, drôle! 
Ton rire sur mon nom gaîment vient écumer ;
Mais je tiens le fer rouge et vois ta chair fumer."

niarck, niarck, niarck, niarck, 

 Victor Hugo Les châtiments 1852




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article