Lundi, mardi, mercredi 13-14-15 10 08

Publié le par Francois-Bhavsar




Lundi
Course à pied du matin avec le sakkapuce :



petits trots matinaux décoincent le cervelet.


Journée à l'atelier :


Amusement de glisser un autoportrait dans la nature morte en cours :

 Lucky Luke se fendant la poire en me regardant peindre "Joly Jumper",

j'en jubile moi-même.









L'original :


C'est le grand peintre de Western  
Frederic Remington, né en 1861,
qui portraiturait Indiens, cow-boys et tout
ce qui bougeait dans le Far-West.
Ce costaud  sifflotait
en peignant,
exaspérant son voisinage.



mardi

 

L'aquarelle du matin :


Sénart 21X30 14 10 08


La journée à l'atelier





Je fais mes écritures sur le tableau :

Les dessinateurs de BD appellent ça : "encrer la planche".











Je peaufine l'autoportrait caché.






Mercredi.

Ce matin, j'ai pas aimé ce qui est arrivé dans ma marche matinale tradi :

le chien a salement abîmé sous mes yeux un marcassin.
En le transportant, fermement, sur plusieurs kilomètres,vers une maison forestière où je l'ai laissé,
je me suis retrouvé couvert de sang ;
De là à la voiture je me suis planqué pour ne croiser personne et ne pas me retrouver au commissariat.

J'ai vraiment pas aimé.

  Ce soir j'en parle à l'ami Paul, fin connaisseur de la campagne, grand fusil devant l'Eternel.
 Il me fait les gros yeux : surtout laisser l'animal et fermer sa gueule,
car c'est un acte de chasse illégal qui emmène les pires emmerdes :
amende, procès, et autres joyeusetés.

D'habitude les mères chargent le Sakkapuce et protégent leurs petits,
mais pas toujours.
De plus j'ai eu peur d'être chargé moi aussi.
(ça m'est déjà arrivé : grosse poussée d'adrénaline )
A priori le marcassin était foutu.

J'ai vraiment pas aimé.
(D'où pas de photos)


Pauvre bête.


Ce qui m' a foutu un choc c'est de voir l'Astuce devenir un prédateur,
"c'est un chien de chasse maintenant" me dit Paul,"il a pris le goût du sang".

Merde

Et pas d'aquarelle.


Mais quelques dessins à chaud pour évacuer :








Aquarelle  30X21 15 10 08





Reste de la journée à l'atelier :







Je suis en train de terminer la grande nature morte de BD

Je prendrais de bonnes photos pour la fin de la semaine
et j'vous balancerais ça avec un p'tit poême bien vantard.

Et déjà :


 
ECRIT SUR LA PEINTURE D'UNE BRANCHE COUPEE
FAITE PAR WANG LE GREFFIER, DE YEN-LING

Les bambous maigres ressemblent à des ermites ;
La fleur discrète est comme une vierge.
Le moineau sur la branche s'incline et se redresse,
S'ébroue et fait pleuvoir parmi les fleurs.
 
Ses ailes vont s'ouvrir pour l'envol ;
Et, sous lui, tout le feuillage s'agite.
Les pauvres abeilles qui butinent les fleurs
A leurs deux pattes confient le nectar.

L'artiste au talent merveilleux
C'est tout moi ça
fait surgir le printemps du pinceaux et du papier.
Je suis sur qu'il doit être poète
Hmmm
Et qu'on pourrait lui demander des rimes subtiles.
Tout-à-fait.



Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai les graviers à trier.
Salut les ruinés.

  Samedi ou dimanche, suite des lumineux exploits d'un (vrai) peintre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article