Mardi, mercredi, jeudi 08, 09, 10 10 08

Publié le par Francois-Bhavsar

Mardi




L'aquarelle du matin :



Forêt de Sénart 17X25 7 10 08

L'humidité de la forêt est grande qui empêche de superposer les couleurs.




Journée à l'atelier sur ma grande nature morte BD :




Gaston, Babar, Tintin, et les autres sont insatiables :
toujours besoin de leur dose quotidienne de térébenthine.

Ben, moi aussi, hic.
Et voilà, j'vois double.


L'ami Bernard est venu déjeuner pour faire avancer le schmilblick sur "Jeff et consort " :



Encre et gouache  21X30  2008





Mercredi


Mon aquarellos du matin :




forêt de Sénart 17X25  8 10 08






Journée à l'atelier :









Pfuuuuuu, bonjour le boulot.



Lequel est le vrai, lequel est le faux?
Réponse : le plus beau est le motif peint.






Ma copine la grosse bêbête jaune continue à tourniquer,
toute fière de figurer dans le chef-d'oeuvre.







AH,
que j'vous cause d'un truc :

j'me suis fait plaisir l'autre jour à Paris.
J'ai acheté cinq pinceaux fins,
pour terminer le tableaux en cours.

Un foutu sac à merde ces pinceaux fins.
(Sur cinq, un sera bon, et encore)
Avec la déliquescence du métier du peintre figuratif,
ben , derrière les merdeux suivent, et plus moyen de trouver des instruments précis
digne de ce nom.
Que ces fabricants se fassent emporter par la tourmente
et je ne les pleurais pas.






De beaux tubes d'une peinture extra-fine fabriquée artisanalement du côté de Cannes.
Miam, on en mangerait.
C'est Charvin.
Celui-là, faut surtout pas que le diable l'emporte.
Un jour je vous expliquerais ce qui différencie une belle couleur d'un machin médiocre.




Yeap, que j'oublie pas :
derrière les tubes et pinceaux y'a un tableau ancien de Bibi,
"La lutte du peintre et de l'ange" :





Huile sur toile 124X193  Circa 1996


Bon, nous v'là rendu à


jeudi

Là, boulot à l'atelier après ma course à pied matinale.
(galopade vesperale débouche les neurones)




mais en plus de mon propre atelier, j'en ai vu un autre,
celui d'un peintre que j'estime :
Marie Laurence Gaudrat.

Aller-retour à Nogent sur Marne.




Remarquez ici la manière exemplaire d'un peintre pour travailler un grand format.
MLG a disposé autour d'elle les études et tableaux précédents, parfois anciens,
qui vont lui permettre de s'abîmer dans son sujet sans contrainte.
Son oeil et sa mémoire soutenus par de précédentes observations sur le motif
(ici, une étable, une mère allaitant, un portrait,etc) obtiennent ce qu'ils veulent de la main tenant le pinceau.

"J'en vois deux qui suivent pas au fond, faudrait se réveiller".

Grande praticienne du motif, maîtrisant la lumière, technicienne hors pair,
je vous suggère d'aller voir son site:

www.ml-gaudrat.com

et n'oubliez jamais le combat hors norme que représente aujourd'hui, tableau après dessin, une
oeuvre figurative exigeante.






Le pré en Aubrac  Huile sur toile 60X50 1994



La table du jardin  Huile sur toile 140X114 1993,

et son modéle à l'atelier.




 

 




Bon, c'est pas que je m'emmerde mais j'ai mes voisins à depecer.

Salut, les guignols.

Rdv à la st Glinglin pour la suite des tribulations d'un (vrai) peintre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article