Vendredi 12 09 08

Publié le par Francois-Bhavsar

Le matin mon aquarelle tradi dans la forêt :


Forêt de Sénart  aquarelle 18X27   12 09 08

Ce sont des boulots brulés.



puis j'avance  ma gouache ,"hommage à Jean".









Et maintenant ma pomme part aux Bernardins écouter le pape.




J'ai été dirigé vers le "carré bleu" ;
(A quoi correspond-t-il? Mystère et boule de gomme.)
C'est le fond.

Bon, votre serviteur est un peintre, pas le mécène des Bernardins.

Justement, je suis rentré à côté d'icelui-ci,
les photographes l'ont shooté, pas moi.




Je suis assis sous les voûtes, vaste fuite de la vue vers le vitrail en croix, les piliers sont éclairés par le pied.
Aucune précipitation, l' ambiance est bon enfant , de jeunes gens nous dirigent courtoisement.

Le plafond  est en ogive et arcs brisés et bas, mesuré, donnant une intimité rassurante.
Des écrans plats tranchent sur l'harmonie des pierres blanches.





Mon  voisin, un professeur Tournesol, lit "
Port Royal" de Sainte-Beuve dans une collection désuète.

Visiblement certains se connaissent.
J'ai entendu :
" Il est de la maison",
"J'ai connu quand c'était une caserne, là"
"C'est sympa d'être là et en plus ça permet de retrouver des tas de gens"
"J'étais pas trop invité"

Une jeune intervieweuse m'a demandé ce que j'attendais de la visite de Benoit XVI.



Un brouhaha insistant s'est installé ; il y a la joie d'être à un événement qui compte.
La vanité n'est pas loin.
Mon voisin, le nez dans son livre, reste imperméable aux jacasseries environnantes.
Les visages sont ouverts, heureux ; les costumes cravates respirent la respectabilité ;
beaucoup, mais sans plus, de clergymen.



Une conversation théologique s'est engagée derrière moi, un monologue plus exactement : le vis-à-vis du bavard ne fait qu'opiner du bonnet.
 Pendant ce temps, à l'écran , Chirac tape la discute avec Giscard d'Estaing, Albanel est coincée entre les deux au 1er rang.Serrements de pinces, embrassades, papoti-papotas, ministres et artistes font bon ménage.Le "monde de la culture" est disert et frétillant.

Au milieu de la pourpre cardinalice il est plaisant d'apercevoir la bure du Bénédictin.

Professeur Tournesol range Sainte-Beuve dans sa poche.








De dehors des clameurs nous parviennent.
Serait-ce lui?
Bribes de prières couvertes par les applaudissements, tous sont debouts :
Benoit XVI est là.
Il est 17.25






Accueil théologique pointu par le cardinal André XXIII, évêque de Paris.
Remerciements au Saint Père, petite histoire des Bernardins, et rappel du patrimoine intellectuel de la France.

Puis un bavouilli d'un académicien : "...nous vivons dans un monde violent et déréglé...",
 fier que sa Sainteté soit membre de l'Académie.
Il n'a pas était jusqu'à l'appeler "cher confrère", mais le coeur y était.





17.40 début du laïus papal.
   .

Le pape parle posément dans un bon français.Il lit avec douceur. C'est vivant ; le propos est élévé, nourrit de phrases simples.




Après avoir rappelé sa fierté d'appartenir à l'Académie de France,
il fait l'histoire de la Culture à travers la parole recueillie au sein des monastères.
Au moins deux références à Saint Benoit.
A Saint Paul aussi.
La recherche de Dieu était une culture de la Parole.Le monastère est une école au service du seigneur pour la formation de la Raison,"... pour discerner la Parole au milieu des paroles...".

En fait le Saint Père s'adresse plus aux grands manitous des médias et leurs corollaires, les politiques qu'aux créateurs.

Le contact est franc, sans grande pompe.
Le pape est assis, il discourt à des amis.


Aux psaumes basés sur la Parole de Dieu, la musique est nécessaire.La liturgie est une invitation à chanter.


Mon voisin, le professeur Nimbus, a le portable qui sonne, tsssssss ;


Entouré de deux cardinaux dont le cardinal Bertone, Benoit XVI place la Parole  au centre de la Culture.
La Parole de Dieu, la Verité.
Sa conférence est dépouillée comme l'est le cadre cistersien, et aïgue comme le sont les arcs et cintres au-dessus de nos têtes.
 


18.10 le pape termine.
 Sa conclusion :
le fondement de la culture en Europe est et reste la recherche de Dieu.




Présentation au pape des diverses personnalités de confessions différentes,
Suivent des mondanités rapides.

18.15 départ de Benoit XVI dans les applaudissements.



Bon, les pèlerins, c'est pas que j'm'emmerde ,
mais j'ai mon nez à récurer.

Salut, bande de pêcheurs
.

RDV lundi ou mardi, mécréants, ça vous laisse le temps de vous convertir.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article