L'aquarelle du jour ou le temps qu'il fait - 18 et 19 juillet 2020

Publié le par Francois-Bhavsar

Les deux ponts de Pierre-Perthuis Aquarelle 24x34 18-19 07 2020 Bhavsar

Les deux ponts de Pierre-Perthuis Aquarelle 24x34 18-19 07 2020 Bhavsar

      A Pierre-Perthuis, (150 habitants), où j'ai passé le week-end, et qui est à six kilomètres de Vézelay, il y a deux ponts remarquables. Je les ai tout naturellement peint à l'aquarelle, assis sur le bord de la Cure.

      Outre que ce coin charmant répond parfaitement à la première strophe du "Dormeur du val" de Rimbaud (mais ce même coin peut être envahi de canoés-kawaks, de randonneurs, de scouts, etc...) :

"C’est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons...",

     il est aussi le théâtre de deux scènes à la fin du film "La grande vadrouille" lorsque Bourville et Louis de Funes, quittant l’hôtel déguisés en soldats allemands, tentent de passer la ligne de démarcation avec deux chiens bergers.

Les deux pont de Pierre Perthuis dans "La grande vadrouille"Les deux pont de Pierre Perthuis dans "La grande vadrouille"Les deux pont de Pierre Perthuis dans "La grande vadrouille"

Les deux pont de Pierre Perthuis dans "La grande vadrouille"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article